Accord commercial UE/Japon : Le PS et la FGTB disent STOP à l’ultra-libéralisme « nouvelle génération »

Les eurodéputés socialistes belges voteront unanimement CONTRE cet accord mercredi midi en séance plénière du parlement européen !

Avec l’accord commercial UE-Japon, dit de nouvelle génération, qui sera soumis au vote du Parlement européen ce mercredi, l’UE s’apprête à donner un coup d’accélérateur au modèle ultralibéral, ignorant une fois de plus les critiques légitimes des citoyens, des syndicats et des mouvements sociaux. Les eurodéputés socialistes belges voteront unanimement CONTRE cet accord mercredi midi en séance plénière du parlement européen !

Ni le repli protectionniste nationaliste ni la volonté entêtée de la Commission à maintenir le statu quo ultralibéral sur le commerce ne sont la solution. Le Commerce international ne cessera de perdre en légitimité et d’alimenter lui-même les réactions de repli protectionniste que s’il change fondamentalement.

A l’heure où les citoyens ne cessent d’exprimer leurs critiques à l’égard d’une mondialisation ultralibérale un changement de cap s’impose.

C’est pourquoi nous appelons à une refonte de la politique commerciale européenne pour que le Commerce devienne un véritable outil au service du bien être des travailleurs, des consommateurs et du développement durable.

Nous demandons:
  1. l’exclusion des services publics ;
  2. le respect de nos filières agricoles sensibles et de l’agriculture paysanne ;
  3. la protection des normes en matière sociale, environnementale et sanitaire par le biais de mécanismes contraignants et de sanction ;
  4. le refus de la coopération règlementaire qui institutionnalise le lobby du Business ;
  5. l’inclusion de clauses climatiques et fiscales contraignantes dans les accords ;
  6. la ratification des conventions de l’OIT comme condition nécessaire et préalable à la conclusion de tout accord.

Or tout comme nous l’avions dénoncé avec le CETA l’accord avec le Japon ne remplit pas ces exigences. Pire encore, les risques de cet accord sont amplifiés par l’importance de la zone de libre-échange créée. Les deux parties au Traité représentent ensemble un tiers du PIB mondial. 

Et comme si cela ne suffisait pas, la commission accélère ! avant la fin de la législature la Commission prépare déjà la voie pour l’accord UE-Singapour et l’accord UE-Vietnam…

Nous restons convaincus que le seul moyen de maîtriser la globalisation, est d’y insérer des règles ambitieuses qui protègent les citoyens, les travailleurs et la planète dans le cadre d’un débat démocratique.

C’est pourquoi la délégation socialiste du Parlement européen, avec la FGTB, nous demandons une pause et, à l’instar de la Confédération Européenne des Syndicats, la suspension de la procédure de ratification de l’accord UE-Japon. Pour en finir avec le « business as usual » et proposer un nouveau modèle qui mette sur un véritable pied d’égalité la défense des travailleurs, consommateurs et de l’environnement et la défense des intérêts économiques.

Autres articles sur le sujet