Transfert de l’Ambassade américaine à Jérusalem : une décision irresponsable - Marie Arena
Trump et Netanyahu anéantissent tout espoir de paix au Moyen-Orient avec la décision de transférer l’Ambassade américaine à Jérusalem.
Jérusalem, Trump, ambassade américaine
909
post-template-default,single,single-post,postid-909,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Transfert de l’Ambassade américaine à Jérusalem : une décision irresponsable

Le 06 décembre 2017, le Président américain, Donald Trump annonçait le transfert de l’ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Par cette annonce, Donald Trump touche à un symbole politique et religieux hautement sensible et inflammable.

« Alors qu’en mai dernier il se rendait dans la région en déclarant vouloir trouver une solution au conflit, il vient d’anéantir tous les espoirs de paix . Faisant fi des multiples avertissements de la communauté internationale, Donald Trump poursuit ses politiques unilatérales et isolées sans en mesurer pleinement les répercussions » déclare Marie Arena, députée européenne. Les États-Unis viennent de perdre toute crédibilité pour jouer la médiation entre Israël et l’Autorité palestinienne. L’occupation de la partie Est de Jérusalem par Israël, en juin 1967, n’a, jusqu’à présent, été reconnue par aucun État.

Alors que les Ministres européens des Affaires étrangères s’apprêtent à accueillir le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, l’Europe devra plus que jamais parler d’une seule voix et réaffirmer qu’elle ne tolérera aucune modification des frontières de 1967, y compris pour ce qui est de Jérusalem. L’Europe devient le seul acteur apte à faire pression sur Israël pour respecter le droit international.

« Cela fait des années que je plaide pour que l’Europe pratique une politique de différenciation dans tous les domaines de coopération entre l’UE et Israël. Aucun contrôle n’est fait à cet égard. Le contexte actuel fait que nous ne pouvons plus attendre. Si l’UE ne réagit pas, c’est toute la perspective d’une solution à deux États qui sera définitivement enterrée », conclut Marie Arena.