Journée internationale du travail décent: La vigilance s’impose !
Il est important pour moi de défendre avec détermination le travail décent car seuls les emplois de qualité sont la garantie de bien- être pour tous
Emploi, Travail décent, droit social, droit du travail, décence, dumping social, égalité des sexes, revenu minimum
688
post-template-default,single,single-post,postid-688,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Journée internationale du travail décent: La vigilance s’impose !

Le travail décent se heurte aujourd’hui à plusieurs défis de taille qui le menacent et le mettent à mal. Les valeurs qu’il porte, – la protection sociale, la qualité des emplois justement rémunérés, le respect des droits au travail, le dialogue social et l’égalité entre les sexes – méritent d’être défendues avec poigne, à tous les niveaux de pouvoir, car elles sont les garantes du bien-être de tous.

Plusieurs signaux et tentatives de régressions sociales récentes doivent cependant nous maintenir en alerte.

Je pense, par exemple, à la volonté non-dissimulée des représentants des employeurs de remettre en question le dialogue social, domaine d’excellence en Europe pour assurer la protection des travailleurs ainsi que les normes de santé et de sécurité sur le lieu du travail.

De même, le dumping social et la concurrence déloyale qui en découle entre les travailleurs européens et non-Européens sont une attaque frontale au maintien de la décence du travail. En provoquant un nivellement vers le bas inacceptable des droits des travailleurs et de leurs conditions de travail, ils participent au moins-disant social, là où nous devrions au contraire défendre le mieux-être de tous les citoyens.

Le travail décent passe aussi incontestablement par des contrats de travail dignes et des emplois de qualité. Une condition qui n’est plus réunie face à la multiplication des contrats précaires, qui touchent prioritairement les femmes et plongent de plus en plus de citoyens dans la pauvreté et l’exclusion sociale. Il nous revient à tous de nous mobiliser pour plaider pour des jobs de qualité et l’instauration, à terme, d’un revenu minimum au niveau européen.

Mais la décence au travail n’est pas qu’une affaire européenne. Dans un contexte de plus en plus globalisé, c’est aussi un combat international ! L’Europe, qui consomme des produits manufacturés dans des pays ne se pliant pas aux normes sociales minimales en matière de droit du travail, doit assumer sa responsabilité et utiliser les accords commerciaux négociés avec ses pays pour exiger le respect des standards minimums et des travailleurs.

Ces combats, je les porte au quotidien dans mon travail de parlementaire européenne. En réclamant une révision de la Directive sur le détachement des travailleurs, en étudiant des pistes de lutte contre la pauvreté, en défendant le revenu minimum européen, etc., nous, les Progressistes, agissons pour une société meilleure et un marché du travail où la décence demeure la valeur première.

 

Autres articles sur le sujet