Maria Arena sur la position de l’UE en RDC et les accords économiques Afrique-Europe - Marie Arena
La relation UE Afrique doit sortir du post colonialisme et pourtant l’UE confirme une relation de dominant dominé avec ses nouveaux accords de libre échange avec l’Afrique. Je m’y oppose avec force car ils imposent une vision unilatérale européenne sans prendre en considération les répercussions négatives sur le développement des populations des pays partenaires.
Afrique, APE, CDAA, Développement, Europe, Parlement européen, accord commercial, accords commerciaux
528
post-template-default,single,single-post,postid-528,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Maria Arena sur la position de l’UE en RDC et les accords économiques Afrique-Europe

Maria Arena,  anciennement ministre belge de l’emploi et de la formation, ministre de l’éducation et ministre fédérale de la fonction publique; est actuellement député européenne. Elle a fait siennes des questions d’Afrique et défend hargneusement ses idées au sein de a grosse machine Euro-Parlementaire.

La socialiste a accepté de nous recevoir dans son bureau pour aborder principalement deux questions, à savoir la situation politique en République Démocratique du Congo, le positionnement de l’Union Européenne impulsée par une résolution du groupe socialiste adoptée par l’ensemble des parlementaires; et ces nouveaux accords « gagnants-perdants » de partenariat économique entre l’Europe et l’Afrique.

Mme Arena, quel est le but de cette résolutions parlementaire que vous avez initié? En d’autres termes, quel sera le rôle de l4UE dans le processus électoral en RDC?

Avant tout, il faut savoir que pendant des processus électoraux, les pays africains peuvent demander à l’Europe d’organiser des observations européennes. Sur leurs initiatives, l’Europe devient donc partenaire de l’organisation de l’élection et contribue financièrement à sa mise en place. Dans toutes les élections qui ont eu lieu en RDC, l’Europe a toujours été partenaire. Aujourd’hui, le gouvernement de kabila estime qu’il y a de fortes chances que la communauté internationale lui vienne en aide, car la RDC n’a pas tous les moyens de mener cela à bien.

L’Europe part donc du principe qu’elle sera sollicitée par le gouvernement congolais pour organiser ces élections. Et plutôt que d’agir à la dernière minute, on s’est dit qu’il fallait une résolution qui rappelle les principes que nous voulons voir respecter dans ces élections pour éviter qu’au moment des élections nous ne soyons pris au piège d’une élection incorrecte; car notre mission d’observation ne dure en réalité que 2 jours, insuffisant pour valider ou infirmer une élection. Or, le processus électoral prend du temps et en RDC, il y a de multiples questions, notamment celle de la CENI (Commission Électorale Nationale et Indépendante). Est-elle vraiment indépendante? C’est la question des fichiers électoraux, est ce qu’ils sont fiables? Est ce que le gouvernement accepte le pluripartisme? C’est la question générale de la transparence. Toutes ces questions, nous les avons mis au niveau du parlement européen en disant que ces élections devront respecter des principes; auquel cas l’Europe ne pourra pas reconnaître le résultat des élections.

De quels principes s’agit-il quand la RDC possède déjà une constitution?

En effet, nous exigeons avant-tout, le respect de la constitution dans laquelle il y est clairement dit que le président kabila ne peut pas solliciter un troisième mandat. La constitution est celle du peuple, votée par le peuple. Son respect est un principe fondamental.

Et en cas de modification de la constitution ?

C’est la responsabilité du peuple congolais. Je suis belge et nous modifions très souvent la constitution belge, presque à chaque gouvernement parce qu’il y a une demande. Si le peuple congolais s’accorde pour une modification de la constitution votée au parlement, l’Europe n’a rien à dire à cette modification. C’est ce qui est arrivé chez les voisins du Rwanda. Si cela avait été le cas au Congo, nous n’aurions pas pu nous opposer.

L’Europe est donc désarmée face à cette stratégie?

La stratégie actuelle de kabila semble aller vers le glissement, puisqu’en janvier il a tenté de modifier la constitution et la population s’y est opposée. Par le glissement, ce qu’on n’a pas pu obtenir par le changement de constitution, peut être obtenu par le dialogue, la discussion, ainsi reporter les élections et maintenir le gouvernement et son président en place. Nous disons que ceci n’est pas conforme à la constitution, ils ne pourront pas avoir le soutien européen dans cette stratégie.

Qu’adviendra t-il si Kabila refuse d’obtempérer ?

l’Europe est l’un des principaux donateur en RDC, donc on peut mettre des pressions. Sauf qu’on est limité. Il suffit de regarder ce qui s’est passé au Burundi. On a maintenu toutes les pressions et malgré tout, Nkurunziza est toujours au pouvoir et a fermé l’étau sur la population burundaise, malgré les sanctions sur l’aide. On ne donne plus les moyens sur l’armée et sur la police, on a fait des sanctions ciblées, le gel des avoirs de certains dirigeants burundais ainsi que le ban des visas. Tout cela a été demandé par le parlement et mis en place par la commission. Des mesures de ce type peuvent être mises en place en RDC, en espérant meilleurs effets, car au Burundi, rien n’a changé.

Qu’allez-vous défendre à l’assemblée Interparlementaire?

Nous avons obtenu une résolution ici, mais nous souhaitons associer l’union africaine et les partenaires africains pour voter ensemble la même résolution afin qu’il n’y ait pas que l’Europe qui dise à la RDC ce qu’elle ne peut pas faire, mais que ses pays voisins et frères prennent aussi leurs responsabilités.

Est- ce possible?

On se doit de tenter, car la situation de l’Afrique doit être prise en charge par l’Afrique elle même. Si nous, européens prenons une décision qui n’est pas suivit par les partenaires africains, ça n’aurait pas de sens. La résolution a été votée à l’initiative du groupe socialiste par une grande majorité de l’ensemble des groupes. A l’assemblée interparlementaire, ça sera le même principe.

Comprenez-vous que le grand public africain n’y voit que l’ingérence dans votre initiative?

Raison pour laquelle je dis que pour nous, le plus important, c’est la demande de l’État africain de venir valider des élections qui ont lieu dans son pays. Si demain, la RDC disait ne pas vouloir de l’Europe dans ce processus électorale, l’Europe ne viendra pas.

Mais la RDC perdrait dans en même temps les financement européens à cette organisation électorale

Oui et pas seulement, elle perdrait dans la crédibilité de son gouvernement qui est en relation avec la communauté internationale. Cependant, la RDC est en droit de le faire et l’Europe n’aurait pas son mot à dire. Donc l’ingérence n’existe pas. C’est comme si nous organisions des élections en Belgique, qu’elles étaient contestées à un moment donné. Pour garantir la transparence, nous pourrions demander à des organismes internationaux de venir voir la manière dont les élections se déroulent. C’est nous qui le demandons, il n’y a pas d’ingérence!

Y a t-il une demande spécifique de la communauté congolaise de Belgique auprès des instances européennes concernant ce problème?

Je n’aime pas l’utilisation du terme « communauté », comme si on avait à faire à un groupe homogène. Il n’est pas homogène politiquement parlant; il y a des pro et des anti-Kabila, il y a de tout et c’est légitime. Mon problème n’est pas la personne, mais c’est celui d’organiser des élections libres, transparentes, qui permettent le multipartisme et le respect de la constitution. Par contre, de toutes les personnes que nous rencontrons, tous sans exceptions nous disent vouloir que ce pays se redresse, car elles souffrent de voir les leurs dans cette situation là bas. Déjà, beaucoup de congolais sont dans des situations difficiles ici en Belgique, mais en plus ils doivent aider leurs familles là bas. Ils veulent que leur pays aille mieux et c’est leur première revendication.

On parle du rôle du Rwanda dans cette décadence congolaise. Aujourd’hui, l’Europe a t-elle fait un constat officiel?

Non! les frontières RDC-Rwanda-Burundi sont fragiles, on le sait depuis les différentes guerres qu’il y a eu, on les sait fragiles, mais il n’y a pas à nos jours de constat d’un quelconque rôle politique décidé par les autorités rwandaises, même si on sait que dans ces zones, il y a beaucoup de tensions, les armes circulent, les ressources aussi, les populations passent d’une frontière à l’autre. Il n’ y a pas de constat officiel qui dit qu’une autorité de part et d’autre jouerait un rôle quelconque. Il y a beaucoup de rumeurs, mais on a l’impression qu’on a des mouvements qui ne partent pas de l’autorité, mais suffisamment implantés et détenant du pouvoir et des intérêts financiers.

Croyez-vous en la paix au Congo un jour, sincèrement?

Je suis née optimiste, pas naïve. On ne peut pas être fataliste quand on fait de la politique. On doit croire en la paix, croire et dire que c’est possible. Ce que je n’aime pas, c’est quand on croit que la paix viendra d’un homme providentiel. La RDC est un pays énorme, on a besoin de tous! Ce n’est pas un président quel qu’il soit qui sera porteur de la paix, mais c’est l’équipe qu’il constituera qui sera porteuse d’un projet. La paix, elle vient parce que les gens n’ont plus faim, parce qu’ils sont éduqués, ils ont accès à la santé. L’Europe n’a pas connu la paix à cause d’un homme providentiel mais grâce au développement de chaque pays. Il doit y avoir une volonté politique au Congo, un programme qui va améliorer les conditions de vie. Si les congolais ne se sentent pas bien, il n’y aura pas de paix, si les congolais crèvent de faim, il n’y aura pas de paix. C’est possible, tout existe au Congo! quand je vais au Congo, je ne peux pas imaginer que ce n’est pas possible cette paix.

Mme Arena, qu’est ce qui vous insupporte autant sur le nouveau partenariat économique entre l’Afrique et l’Europe, établit sur base de l’accord de Cotonou qui viendra à échéance en 2020?

Replongeons nous dans le contexte. Cet accord de Cotonou dit que l’Europe a une relation privilégiée avec l’Afrique de part le passé colonisé/colonisateur. L’accord repose sur 3 piliers: la question démocratique, la question de l’aide au développement et le pilier économique (relations commerciales). Les accords économiques sont dits « asymétriques » car il est dit qu’on doit favoriser l’exportation des pays africains vers l’Europe, pour permettre à l’Afrique de continuer à produire, et ne pas payer des taxes sur ses produits quand ils rentrent en Europe.

Certains considèrent qu’il s’agit d’une aide aux pays africains. D’autres disent que c’est une technique post-coloniale pour permettre aux européens de continuer à disposer facilement des matières qu’ils avaient pendant la colonisation. Peu importe, les productions africaines peuvent rentrer en Europe sans taxe.

L’OMC (organisation mondiale du commerce) dit que ceci n’est plus possible et estime que l’Europe doit également pouvoir rentrer ses produits en Afrique sans taxes. L’OMC ne dit pas quand, ni comment et à quelle échéance. Elle recommande de rentrer dans une relation désormais « symétrique » avec l’Afrique, particulièrement avec les pays du même niveau de développement. Raison pour laquelle, depuis 13 ans, l’Europe s’est mise en négociations avec la plupart des pays africains pour établir une nouvelle relation commerciale. Ils ont divisé l’Afrique en 4: l’accord avec l’Afrique du sud, l’Afrique de l’Est , de l’Ouest et l’Afrique centrale.

Le problème c’est que l’Europe a pris au pied de la lettre les recommandations de l’OMC et ils ont négocié une mise à zéro (plus de taxes à l’exportation) de la plupart des produits européens entrant en Afrique comme ci ces pays étaient tous au même niveau de développement que l’Europe. En Europe, nous avons des zoning industriels payés par l’État, des politiques agricoles communes payées par l’État, donc une productivité nettement supérieure à celle des pays africains qui fonctionnent sans État. Les pays les moins avancés (PMA) vont tout perdre car certes ces pays ne paient pas des taxes quand ils exportent mais ils n’en percevront plus à l’importation. Or ils ont besoin de ces taxes, c’est leurs seuls revenus.

Quid des gouvernement africains dans la négociation?

Malheureusement, les gouvernements africains ont accepté ces accords avec des pressions énormes de la part des européens. Pour ma part, ce sont des accords qui vont appauvrir l’Afrique. Les PMA n’auront plus d’entrées douanières. Cet accord va venir détruire des projets de développement en tuant les agriculteurs locaux qui vont subir l’arrivée massive des produits européens à bas prix. Alors on nous dit que beaucoup de produits agricoles sont exclus des accords, ce qui est vrai, sauf que les listes de produits exclus ne sont pas les même dans tous les pays. Donc quand vous allez interdire à des produits d’entrer dans un pays, ils vont entrer dans un autre et finiront quand même par se diffuser dans les pays voisins. Nous ne sommes pas dans des accords gagnants-gagnants, mais dans des accords gagnants-perdants et les plus gros perdants, sont les pays africains! A titre personnel je suis contre ces accords et le plus gros problème c’est que la plupart de ces pays africains ont accepté de signer.

Il y a tout de même une faiblesse chez les chefs d’États

En effet et d’ailleurs, en Europe on me reproche de refuser des accords que les africains eux même ont acceptés et signés. C’est très étonnant parce qu’en Europe quand on veut critiquer l’Afrique, on dit que ce sont des gouvernements corrompus; mais quand on veut profiter de l’Afrique, on dit que ce sont des gouvernements légitimes. Moi je n’ai pas deux discours. Soit on a des gouvernements à qui on a confiance et on travaille ensemble pour tout, soit on a des gouvernements à qui on ne fait pas confiance et on ne travaille pas non plus sur les questions commerciales. Saviez-vous qu’ils sont prêts en Europe à signer un accord dans lequel le Burundi est partie prenante, alors qu’ils ne reconnaissent pas le gouvernement Burundais! Vous ne reconnaissez pas le gouvernement Burundais après le processus électoral, mais vous le reconnaissez pour faire du business! J’ai quant à moi une certaine cohérence, je ne ne veux pas qu’on appauvrisse l’Afrique, car c’est au détriment de l’Afrique et de tout le monde au final. Si on veut faire de la politique à long terme ce n’est pas la bonne solution.

Admettons qu’il y ait une désinformation autour de ce sujet et une volonté manifeste de ne pas en parler à la population européenne.

Raison pour laquelle, je vais à l’assemblée parlementaire Afrique-Europe pour aller plaider pour ce point de vue. Il faut qu’on informe, que l’on dise ce qu’il se passe. Ces accords doivent être aussi accepté par les Européens. On fait beaucoup de cas de l’accord de libre échange avec les USA (le TTIP). Les gens disent qu’ils n’en veulent pas parce que les USA vont nous « manger tout cru ». Pourquoi on ne parle pas des accords avec l’Afrique, où les africains sont dans le même rapport que nous avec les américains, où ils vont se faire manger tout cru! Donc il faut informer les populations belges, et leur dire qu’on ne peut pas appauvrir les gens. Quand vous appauvrissez votre voisin, il ne se laissera pas mourir de faim. Les médias ne parlent pas du tout de l’accord avec l’Afrique.

Pour terminer, un mot sur cette machine Union Européenne qui vacille?

Les gens doivent s’intéresser plus à l’Europe. Nous sommes fatalistes, alors que nous avons un outil fabuleux de la paix, de l’économie, du bien être, de l’éducation. Et je trouve qu’on est comme un enfant gâté qui casse ses jouets. On doit se redonner une envie européenne, réinventer l’Europe. Mon père me disait qu’en Belgique, à part la pluie, il n’y a rien qui tombe du ciel. C’est comme l’Europe, il faut se battre et aller arracher des droits. Ne votez pas pour des gens parce-qu’ils sont sympathiques. Vous avez envie d’une Europe sociale ou d’une Europe du business? Vous voulez une Europe des fraudeurs fiscaux? il faut faire son choix et s’intéresser à l’Europe et aux programmes politiques des personnes que vous votez.

 

Retrouvez cette interview de Nel Tsopo Nziemi sur Brukmer

 

Autres articles sur le sujet