Semaine de l’Afrique: Les femmes transformatrices de poissons à l’honneur - Marie Arena
Pour contribuer à une croissance durable, il est essentiel de soutenir les femmes qui s’engagent activement dans la vie économique, sociale et politique de leur pays!
inégalités sociales, discrimination
470
post-template-default,single,single-post,postid-470,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Semaine de l’Afrique: Les femmes transformatrices de poissons à l’honneur

Dans le cadre de la Semaine de l’Afrique au Parlement européen, le groupe S&D a remis mardi, à mon initiative, le “GPF Global Progressive Achiever Award” à la Fédération des femmes transformatrices de poissons de Mbour (Sénégal). Les femmes représentent une énorme opportunité de développement pour le continent africain mais restent aussi confrontées à de nombreux défis.

Malgré l’adoption d’innombrables conventions internationales et de protocoles qui réaffirment l’égalité des sexes, la discrimination et les préjugés freinent l’émancipation des femmes :

• Elles détiennent moins d’1% des terres du continent alors qu’elles sont à l’origine de 70% de la production alimentaire.

• Les femmes agricultrices perçoivent seulement 1% des montants des crédits alloués à l’agriculture et possèdent moins de droits économiques et un accès restreint aux ressources et aux opportunités économiques, notamment à la terre et aux facilités de crédit, alors qu’elles représentent près de la moitié de la main-d’œuvre agricole et prennent en charge de 80 à 90% de la transformation, du stockage et du transport des aliments, ainsi que des travaux de sarclage et de désherbage.

• Au niveau de l’éducation, seules 51% des femmes africaines de plus de 15 ans savent lire et écrire, contre 67% des hommes.

Les inégalités sociales, la discrimination et les préjugés sont autant de facteurs qui contribuent à freiner l’émancipation des Africaines et à les maintenir dans la pauvreté.

Malgré tous ces obstacles, elles ont réussi à s’organiser, à créer des associations, et à faire passer leur message auprès du peuple et des instances politiques ces dernières décennies. Elles ont également montré leur capacité à mettre sur pied des entreprises pour intégrer le monde économique et sortir de leur situation de précarité.

La Fédération des femmes transformatrices de poissons à qui j’ai décerné ce prix illustre parfaitement le potentiel que les femmes représentent et le rôle central qu’elles peuvent jouer dans les économies africaines. C’était un honneur pour le groupe S&D de les recevoir au Parlement européen. Si nous voulons contribuer à une croissance durable, il est essentiel de soutenir les femmes qui s’engagent activement dans la vie économique, sociale et politique de leur pays.

 

 

Autres articles sur le sujet